La NSA, un auteur de maliciels parmi tant d’autres

Les dernières actualités  faisant la une quant à la surveillance des sociétés créatrices de logiciels antivirus démontrent que la NSA n’est qu’un autre acteur sur la scène de la cybersécurité parmi tant d’autres puisqu’elle développe ses propres maliciels dans le but d’espionner les entreprises, les agences et les internautes comme vous et nous.

Soyons honnêtes, ce n’est pas une réelle surprise, n’est-ce pas ? L’équipe d’Emsisoft ne s’en étonne toutefois pas. PERSONNE, de nous jours, n’échappe à la surveillance des grandes agences gouvernementales comme la NSA et le GCHQ (l’équivalent britannique de la NSA, le Government Communications Headquarters). Que vous soyez spécialiste en antivirus ou fabricant de papier toilettes, les Grands gouvernements surveillent de près les données vous concernant.

Quelles sont toutefois les vraies nouveautés à ce sujet ?

Il va sans dire qu’en termes de confidentialité en ligne, nous devons tous y mettre du nôtre. Certes, certains logiciels antivirus sont faillibles, comme le sont tous les types de logiciels, mais en tant qu’internautes, personne n’est non plus irréprochable. Nous avons tous, à un moment donné, utilisé un mot de passe assez facile à deviner ou avons transmis des informations à caractère privé via des clients de messagerie gratuits.

Ne laissez toutefois pas ces « révélations » de Big Brother vous effrayer ! Ces failles sont exploitées quotidiennement par des centaines d’auteurs de malware.

Certes la NSA a une longueur d’avance quant au nombre de portes d’accès dont elle dispose pour intercepter le trafic toutefois, elle ne fait rien de mieux (ou de pire) que ce que ne font déjà les autres auteurs de maliciels. Pour avoir accès à nos informations les plus intimes, la NSA doit franchir les mêmes obstacles que d’autres pirates et auteurs malveillants.

À ce jour, personne n’a réussi à toucher Emsisoft.

Si vous lisez attentivement l’article ci-dessus et que son contenu vous inquiète, soyez un peu rassuré par le fait que les informations renseignées dans la présentation du projet CAMBERDADA de la NSA sont quelque peu erronées. Par exemple, parmi les sociétés d’antivirus indiquées comme « sous-surveillance », Eset et Nod32 ont été reprises individuellement alors que Nod32 est un produit d’Eset, et non une société à part entière.

Cibles potentielles (source : The Intercept)

Cibles potentielles (source : The Intercept)

Ne prenez donc pas pour comptant tout ce qui est dit. Il suffit parfois d’un rien pour faire tout un plat d’une actu qui n’en est plus vraiment une.

(En plus, que peut-on réellement penser des dires de la NSA s’ils ne connaissent vraisemblablement pas le nom de leurs cibles ?)

Que faisons-nous concrètement chez Emsisoft pour assurer votre protection et votre confidentialité ?

Certes, nous communiquons librement avec nos partenaires et distributeurs externes. Toutefois, nous ne partageons aucune donnée confidentielle. Je doute fortement que la NSA puisse exploiter quoique ce soit de nos communiqués de presse et des bannières de notre site.

Mais si vous, Messieurs les soi-disant ténors du renseignement, lisez notre article, merci de nous donner votre avis sur la stratégie de notre marque !

Nous vous souhaitons une excellente journée, (sans peur aucune) !

 

 

Fran Rajewski

What to read next

Reader Comments